Circé de Madeline Miller

Fruit des amours d’un dieu et d’une mortelle, Circé la nymphe grandit parmi les divinités de l’Olympe. Mais son caractère étonne. Détonne. On la dit sorcière, parce qu’elle aime changer les choses. Plus humaine que céleste, parce qu’elle est sensible. En l’exilant sur une île déserte, comme le fut jadis Prométhée pour avoir trop aimé les hommes, ses pairs ne lui ont-ils pas plutôt rendu service ? Là, l’immortelle peut choisir qui elle est. Demi-déesse, certes, mais femme avant tout. Puissante, libre, amoureuse…

Madeline Miller est une autrice que j’ai découverte en novembre dans le cadre du pumpkin autumn challenge 2021. Ma lecture de Le Chant d’Achille avait été surprenante car très en accord avec les échos de la blogosphère. Circé était donc naturellement dans ma wishlist et je n’ai pas résisté à l’en sortir dans le cadre de la lecture commune de juillet sur Booknode. Le thème du mois était de lire un roman se déroulant sur une île, j’étais donc bien raccord ! Je l’ai lu entre le 20 juillet et le 8 août 2022.

La plume de l’autrice est toujours aussi fluide et agréable à lire. Je l’ai découverte en VO cette fois-ci et je ne regrette pas car les apports de vocabulaire sont nombreux et enrichissants. Puis, la dimension féministe du roman est bien travaillée et regroupe toutes les notions attendues. Puis, j’ai aimé la manière dont elle a abordé la complexité de la relation à soi et aux autres, de l’importance du paraître et de l’essence de l’être. Ainsi, Circé est un personnage très bien développé et construit dont on suit l’évolution au fil des siècles. Il y a de nombreux personnages secondaires qui gravitent autour d’elle, bien que j’aurais aimé que certains aient une place un peu plus importante dans le récit. Je pense notamment à Prométhée, Dédale.

Ensuite, les apports mythologiques sont bien réalisés et accessibles aux néophytes de la mythologie grecque. Toutefois, Madeline Miller possède une capacité majeure qui est d’apporter une touche personnelle à chacun des mythes, à travers son interprétation poétique mais loin d’être « lisse » des faits. Il est donc très agréable de retrouver les héros et déités que l’on connait. Il y a des références lointaines au Chant d’Achille que j’ai beaucoup apprécié. Ce sont deux romans transversaux et changeant la notion d’héroïsme chez le lecteur. Enfin la fin était inattendue et belle, offrant un peu de repos à nos personnages. J’ai aimé la pudeur dans cette dernière romance, tandis que j’ai eu un peu plus de mal avec celle entre Ulysse et Circé.

En conclusion, c’est une très bonne lecture bien que j’ai préféré Le Chant d’Achille qui m’a ému profondément. Il est classé en Argent dans ma bibliothèque Booknode. Cette lecture VO ouvre également la possibilité sur le fait que je découvre prochainement Galatéa dont la date de parution en français est encore inconnue.

Publicité

Un commentaire sur “Circé de Madeline Miller

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s